Vélotaf : "apprendre" à rouler en ville 1

Vélotaf : « apprendre » à rouler en ville

Si la pratique du vélo en tant que tel n’a pas de secrets pour bon nombre d’entre nous, la circulation en ville et par extension le vélotaf, demande un petit apprentissage. Je vous propose donc quelques conseils et comportements à adopter afin de vous assurer un minimum de sécurité lors de vos déplacements.


Droits et devoirs

Par pitié, arrêtez de rouler sur les trottoirs et les passages piétons. Si j’avais une certain tolérance jusqu’ici, je n’ai maintenant plus aucune envie de laisser passer un cycliste sur un passage piéton. Mettez-donc le pied à terre, je le fais moi-même tous les jours et, cerise sur le gâteau, ça vous rend prioritaire !

Vélotaf : "apprendre" à rouler en ville 2

Profitez également du SAS vélo, un outil formidable qui permet de se placer devant les voitures en toute sécurité au niveau des feux. Par contre, si vous n’avez pas de tourne à droite, pensez à vous décaler légèrement sur la gauche, afin que les autres cyclistes puissent justement aller à droite.

Maîtrisez votre trajet

Si vous enfourchez votre vélo pour aller au travail tous les jours, vous devez commencer à bien connaître votre trajet. C’est quelque-chose de très important qui peut vous permettre de gagner en confort mais également en efficacité.

Vélotaf : "apprendre" à rouler en ville 3

Il peut être intéressant d’anticiper les feux quitte à ralentir ou accélérer la cadence et ainsi éviter de devoir poser le pied à terre. De la même façon, repérez les portions de bitume abîmées afin d’épargner vos poignets et vos bras. Cela peut paraître bête mais ce sont autant de petites choses qui rendront votre trajet plus agréable.

Éloignez-vous de la bordure du quai

Autre point à prendre en compte : les voitures stationnées. En effet, en ville, la bande cyclable est souvent parallèle à la chaussée et dans la continuité directe des voitures stationnées. S’il arrive souvent que certains soient GCUM (garé comme une m****), votre pire ennemi reste l’ouverture inopinée d’une portière.

Dans cet exemple, ne faites pas comme moi…


Dans ce cas, vous avez tout à fait le droit de vous décaler sur la gauche afin de garder une certaine distance de sécurité. En effet, le Code de la Route (Article R412-9) prévoit une autorisation dans ce type de situation afin que le cycliste reste en sécurité. Cette situation n’est valable que lorsque la vitesse est limitée à 50km/h.

Vous êtes invisible

J’en avais déjà parlé dans mon guide de survie du cycliste urbain mais je réitère. Que vous rouliez en ville ou à la campagne, partez toujours de ce principe : personne ne vous voit. Roulez donc comme si vous étiez invisible et faites en sorte d’anticiper un maximum.



Ce conseil vient un peu en doublon de tout ce que j’ai pu dire dans le reste de ce billet mais c’est pour moi un bon résumé de l’attitude à adopter dans le cas d’une circulation en milieu urbain. Et c’est d’autant plus valable dans une grande agglomération comme Nantes.


Voilà donc mon petit résumé des choses que j’ai pu apprendre et mettre en pratique à force de rouler quotidiennement dans les rues de Nantes. Libre à vous d’adopter ou non ces « méthodes » et n’hésitez surtout pas à partager vos conseils et retour d’expérience dans l’espace commentaire.